retour à l'accueil
 

Accueil > S’informer > Strasbourg 15 avril 2006 : Manifestation teufeurs / clubbers

Strasbourg 15 avril 2006 : Manifestation teufeurs / clubbers


A voir aussi dans cette rubrique

 

(Publié par Nicolas | Mise à jour le 12 juin 2009)
Une soirée à annoncer ? Vas-y !

Partager sur Facebook

Entre 10 et 15000 clubbers prévus devant le Parlement. Un collectif de sound systems et d’organisations européennes alternatives organisent à Strasbourg une manifestation contre la "répression policière" le 15 avril 2006. Départ à 14h place de l’Université à Strasbourg.

La manifestation partira de la place de l’Université à 14 h. Elle passera par les places de la République et de Bordeaux, avant de revenir à son point de départ.

> LA MANIF EN PHOTOS

 

Manifestation teufeurs / clubbers Strasbourg 15 avril

 

Intervention des forces de l’ordre en Tchéquie

Tout est parti d’une intervention des forces de l’ordre dans un teknival en Tchéquie cet été. Le TchekTek (ou CzTek) réunit depuis une dizaine d’années entre 50 et 80 000 « teufeurs », amateurs de musique techno, de toute l’Europe. Mais cette fois, la fête a dégénéré en bataille rangée avec les policiers. Résultat : un mort et des dizaines de blessés graves.

Une manifestation a suivi dans les rues de Prague mais les « sound systems » européens (collectifs de DJ à la fois artistes et organisateurs de ce genre d’événements) veulent marquer le coup et appellent à manifester le 15 avril 2006 à Strasbourg devant le Parlement européen*.

Un mouvement structuré mais divisé

« On veut protester contre la répression policière systématique de tout mouvement alternatif en Europe, explique Benjamin Rochefort, alias « Ben Lagren », l’un des organisateurs. De plus en plus, les événements artistiques, festifs ou musicaux un peu en marge des grands courants sont interdits par les autorités et traqués par la police. La répression brutale au CzTek a choqué tout le monde, il faut sortir de cette logique d’enfermement des expressions artistiques marginales. »

Le mouvement techno s’est structuré en France depuis une quinzaine d’années mais reste divisé. Une partie des « sound systems » restent attachés à une certaine liberté dans l’organisation des événements même s’il n’est plus question aujourd’hui d’organiser d’immenses « free parties » dans les champs en posant un mur d’enceintes et en espérant que tout se passe bien.

« Avant, les "free parties" étaient confidentielles, détaille Cédric, DJ alsacien de longue date. Aujourd’hui, avec ces grands rassemblements, on est forcément confrontés à de la délinquance qui peut être parfois très violente. Mais ce n’est pas une raison pour que la police nous tombe dessus à chaque fois qu’on fait la fête. J’espère que les revendications de cette manifestation seront entendues par les parlementaires européens. »

D’autres « sound systems » ont opté pour la légalité et organisent des soirées dans des lieux fermés, avec billetterie, paiement des droits, etc. Ceux-là voient d’un mauvais oeil une manifestation qui risque d’accroître « l’amalgame entre l’ensemble du mouvement techno et les teknivals, explique un DJ alsacien du Collectif pour les musiques électroniques (CPME). Ces teknivals sont gérés par le ministère de l’Intérieur qui déploie des escadrons de CRS. Ça n’a rien à voir avec une fête ! Et ce sont les citoyens qui paient la sécurité de ces événements qui au final nous donnent une très mauvaise image. Au CzTek, j’y suis allé et j’ai dû verser des pots-de-vin à la mafia locale pour en sortir indemne. »

Difficile de savoir quelles composantes du mouvement techno défileront à Strasbourg. Les organisateurs attendent « entre 5 et 30 000 personnes » sans pouvoir être plus précis. Le cortège devrait être composé de « sound systems » européens dont une majorité d’Allemagne et d’Europe de l’Est. Autre sujet de préoccupation pour la préfecture de Strasbourg : les organisateurs veulent organiser un teknival à l’issue de la manifestation. Mais le lieu de ce teknival européen n’a pas encore été déniché et il pourrait bien être tout simplement annulé.

Pierre France

Voir www.free4euroalternatives.org.

Le rendez-vous est donné le 15 avril à 14h place de l’Université

Pub