retour à l'accueil
 

Accueil > S’informer > Sexe & prévention > Relâchement de la prévention

Relâchement de la prévention


A voir aussi dans cette rubrique

 

(Publié par Doktor | Mise à jour le 17 octobre 2006)
Une soirée à annoncer ? Vas-y !

Partager sur Facebook

Infections sexuellement transmissibles : le retour

A la fin des années 80, la peur du Sida avait favorisé l’utilisation des préservatifs et entraîné une baisse des infections sexuellement transmissibles (IST). Aujourd’hui, on constate un relâchement de la prévention. Pour ne pas baisser la garde, nous revenons sur les symptômes, les complications, les traitements et les moyens de prévention.

Eviter les complications

Variés, les symptômes des maladies sexuellement transmissibles sont néanmoins évocateurs. Certains signes doivent alerter et conduire à consulter rapidement. Pour éviter les complications, le diagnostic précoce des infections sexuellement transmissibles est essentiel.

Pour que les MST ne passent pas par vous !

Alors que ces maladies connaissent une importante progression, il ne faut en aucun cas les prendre à la légère. Si elles ne sont pas traitées rapidement, certaines peuvent entraîner d’importantes complications... Halte aux comportements à risques et cap sur la prévention !

Symptômes et modes de transmission

Pour en savoir plus sur les MST les plus courantes, leurs symptômes et leurs modes de transmission, visitez l’excellent guide interactif mis à disposition par Doctissimo (http://www.doctissimo.fr) :

Aide mémoire sur les principales MST

Traiter et combattre les MST

La plupart des infections sexuellement transmissibles peuvent heureusement être traitées avec efficacité, sauf le SIDA. Mais il est dans tous les cas indispensable d’intervenir tôt et de soigner les partenaires pour éviter de nouvelles infections et le développement de complications. L’automédication est à proscrire dans ces cas, car l’utilisation d’antibiotiques ou de crèmes inadaptées risque d’être partiellement efficace et de laisser l’infection évoluer silencieusement.

En réalisant un diagnostic précis, le médecin pourra prescrire le traitement approprié et vérifier éventuellement son efficacité par de nouveaux examens.

Le médecin est tenu au secret médical et vous ne devez donc pas avoir peur d’aller consulter en cas de doute. Vous pouvez aussi vous rendre de manière anonyme et gratuite dans un centre de dépistage. Une écoute et de précieux conseils peuvent également vous être donnés par Sida Info Service au 0 800 840 800 (appel gratuit depuis un téléphone fixe)

Texte largement inspiré d’un article visible sur http://www.doctissimo.fr

Pub