retour à l'accueil
 

Accueil > Sortir > Interviews > Jorge Gonzalez aka Los Updates

Jorge Gonzalez aka Los Updates


A voir aussi dans cette rubrique

 

(Publié par Nicolas | Mise à jour le 22 janvier 2013)
Une soirée à annoncer ? Vas-y !

Partager sur Facebook


Interview de Jorge Gonzalez aka Los Updates
(Cadenza – Chili)

www.myspace.com/jorgedelosupdatesdjsets
www.myspace.com/losupdates
www.facebook.com/jorgegonzalezmusico

Traduction par Charlotte de l’interview de Jorge Gonzalez, auteur, compositeur et interprète, leader du groupe Los Updates et ancien de Los Prisioneros, également engagé dans une carrière solo depuis 1992.


Salut Jorge ! J’ai cru comprendre que tu vivais en Espagne, comment ça se passe là-bas ?

Il s’avère que c’est une expérience plus forte que je ne l’aurais imaginé. L’Espagne est au centre d’une grande crise économique, mais les gens de Valence sont très amicaux et ouverts, et j’ai aussi eu la chance de rencontrer les mecs qui sont les directeurs du Barraca, un club ouvert depuis 1965, témoin de la nouvelle vague acide des années 80. Un endroit vraiment légendaire.

Mais où vivais tu avant tout cela ?

J’ai passé 4 délicieuses années au Mexique et dans les années 90 j’étais à New York presque 4 ans aussi, avec Los Updates, le groupe que nous formons, Lotero Otero et moi. Nous avons sorti un album en novembre dernier avec Cadenza Records, et deux tracks ont servi pour une compilation de la Fabric (London), l’un utilisé par Ricardo Villalobos et l’autre par Luciano, et en quelques semaines nous nous sommes déplacés avec nos 3 fils en Europe pour être dans le feu de l’action.

Comment en es tu arrivé à travailler avec Villalobos et Luciano ?

En 1997, je déménageais de Manhattan à Santiago du Chili, mon lieu de naissance. C’est là qu’avec Ricardo, Dandy Jack, Atom Heart, Argenis Brito et Chica Paula nous avons partagé une immense maison dans laquelle nous organisions de grandes fêtes, vraiment folles, 5 jours par semaine. Quelques jeunes djs extrêmement doués gravitaient autour de la scène, parmi eux : Luciano, Dinky et Pier Bucci. Ils étaient au tout début de leur carrière, de plus la mafia chilienne commençait à se faire vieille et a toujours eu de fortes valeurs familiales… héhéhé...

Quelle sorte de musique t’a fait commencer à tes débuts ?

Quand j’avais 15 ans, à peu près, je suis tombé amoureux de "Sandinista" de The Clash, et de beaucoup de groupes tels que Dépeche Mode, Kraftwerk, New Order, Soft Cell, The Stranglers... C’est à ce moment que l’acid house a changé à jamais ma façon de voir la musique.

Tu as été le leader d’un des plus grands groupes d’Amérique Latine, peux-tu nous en parler un petit peu ?

Bien sûr ! Nous avons fait 4 albums de 1984 à 1990 et vendu plus d’un million d’exemplaires. A cette époque nous vivions sous une très lourde dictature et nos paroles étaient manifestement contre ce régime, donc pas facile de faire perdurer le business... Quand nous nous sommes séparés, EMI m’a proposé de travailler seul avec eux et a investi beaucoup d’argent pour que j’enregistre à Los Angeles. Et c’est là que je suis devenu une pop star au profil assez original. Mais le public pop latino américain étant très conservateur, j’ai préféré arrêter mon contrat avec cette immense maison de disques, après deux albums, pour me tourner vers la scène électronique, dans de petits clubs, et une musique auto produite, plus en accord avec moi même.

A ton avis, pourquoi la vague chilienne de musique électronique a tant de succès en ce moment ?

Je pense que c’est principalement grâce au travail de Ricardo et Luciano, et à Pier, Argenis et Dinky qui sont au centre d’une musique étonnante et dotée d’une réelle vivante habilité. Mais c’est probablement dû au fait que la scène undergound de Santiago n’est pas reconnue localement, ce qui nous donne moins de contraintes et beaucoup plus de liberté.

Parfait Jorge ! Merci beaucoup... tu as quelque chose à ajouter ?

Tout le plaisir est pour moi ! Juste une dernière chose, si vous buvez et conduisez, n’oubliez pas la voiture ! "Cheerz ! "

Go to Beatport.comGet These TracksAdd This Player




Pub