retour à l'accueil
 

Accueil > Sortir > Le Coin de Zano > Interviews > Interview Exclusive : Audiofreq [FR] [08-12]

Interview Exclusive : Audiofreq [FR] [08-12]


A voir aussi dans cette rubrique

 

(Publié par Zano | Mise à jour le 1er août 2013)
Une soirée à annoncer ? Vas-y !

Voici donc la seconde interview exclusive et complète du Coin de Zano !

-  click here for the english version

Sam alias Audiofreq, grand artiste du label Scantraxx nous a fait le plaisir de répondre à quelques questions sur sa vision du public français, sur son parcours, ses débuts, sa séparation de Bioweapon, ses projets actuels et d’autres révélations plus intéressantes les unes que les autres.

Je vous souhaite une bonne lecture et vous invite à cliquer sur "partager" en haut de page si vous souhaitez diffuser cette interview sur Facebook.

LA FRANCE

1) Tu as fais quelques dates en France notamment au NG2 (25), à la Clé des Champs (01) près de Lyon et plus récemment au Spirit (67), le 21 Juillet 2012. Que penses-tu de ces 3 bookings ? (le public, l’organisation, l’ambiance …) Quel est ton préféré ?

Pour être honnête, chaque événement que j’ai fait en France a eu organisation fantastique et j’ai été traité comme une rockstar ! Je les ai vraiment tous appréciés de la même manière.

2) Qu’est ce que tu aimes dans notre culture ? (Le vin ? la gastronomie ? Quelque chose d’autre ?)

-  J’aime vraiment le fun et l’énergie positive des français, je ne sais pas comment le décrire mais il y a une certaine classe et positivité que vous avez les gars et c’est assez énorme ! Bien sûr, j’aime aussi le vin français, donc c’est toujours un plus aussi !

3) Quelles villes as-tu visité en dehors de tes bookings ?

-  Pour être honnête, je n’ai pas eu beaucoup de chance de voir vraiment l’une des villes en dehors de mes bookings. Notamment parce que je vole assez tard dans l’après-midi/le soir et tôt le matin ! Ça craint un peu parce que j’aime explorer et voir différentes cultures, l’architecture et essayer des aliments différents.

4) As-tu une blague ou autre chose à propos des français ?

-  Eh bien en grandissant, je me souviens avoir entendu des blagues au sujet de manger des cuisses de grenouilles, et je pensais que c’était assez étrange mais j’ai essayé quelques fois (dans un restaurant asiatique !) et je les ai aimées ! Que vous mangiez réellement les cuisses de grenouilles ou non les gars n’est même pas question, elles sont délicieuses !

5) Connais-tu des producteurs de Hardstyle français ? Si oui, qui et qu’est-ce que tu en penses ?

-  J’ai entendu quelques trucs de Pulserz et ils sont assez prometteurs en fait !

LES DEBUTS

1) Comment as-tu découvert le Hardstyle ? Et avec quels titres ?

-  Je me souviens avoir entendu du « Early Hardstyle » bien avant que je commence la production de Hardstyle et je n’aimais vraiment pas ça et pendant longtemps j’ai eu un préjugé contre le Hardstyle.

Il n’était pas musical, c’était des Kick et Basses incessants avec des sons par dessus et je ne pouvais simplement pas le comprendre. Il ne l’était pas jusqu’à ce que j’entende « Headhunterz – The Power of the Mind » en 2008 et que je commence à prêter attention à la direction plus mélodique que prenait le Hardstyle.

Je viens d’un milieu musical plus « traditionnel », j’ai joué à la fois de la trompette et du piano quand j’étais jeune alors la mélodie est dans mon sang et maintenant que le Hardstyle va dans ce sens, je peux l’apprécier beaucoup plus.

2) As-tu toujours produit ce style ou d’autres styles ? Et si oui, sous quel alias ?

-  Non, j’ai toujours été une personne qui expérimente. Certaines de mes premières œuvres ont été HipHop, Nu Skool Breaks, Drum n Bass, Trance et Uk Hardcore. Ma philosophie a été et est encore de faire de la musique qui est à la fois émotionnelle et énergique, et je crois que c’est quelque chose qui transcende les frontières de genre. Certaines personnes pourraient se souvenir de mon truc (stuff) en tant que Orbit1 ou d’une partie de ma Tech Trance sous BRK3, j’essaie de faire de la musique que j’aime quel que soit la vitesse ou le style.

3) Comment as-tu rencontré tes compatriotes : Corey (Code Black), Elie et Olcay (Toneshifterz) ?

-  Nous avons tous commencé sur la scène UK Hardcore et nous nous étions rencontrés plein de fois à Sydney auparavant. J’avais déjà travaillé avec Corey depuis 2005 et nous avons fait quelques collaborations en tant que Inverse & Orbit1.

Après avoir entendu une partie du travail d’Elie sous Lumin8 et voyant que personne dans le UK Hardcore prenait sa musique, j’ai commencé un projet de label libre appelé Futurenoize pour sortir la musique de chacun d’entre nous, car nous avons tous eu une philosphie similaire de la musique, un son et une approche très similaire et je voulais diffuser la musique aussi loin que possible.

A partir de là, nous avons commencé séparément à expérimenter le Hardstyle puisqu’il s’est développé pour être plus mélodique et le reste appartient à l’Histoire ;)

4) Comment s’est passé ta signature sur le label Scantraxx ?

-  Bien ! Je ne sais pas quoi dire d’autre, sauf qu’ils prennent bien soin de moi et sont une excellente plate-forme pour ma musique.

LA VIE EN HOLLANDE

1) Comment se sont passés tes débuts aux Pays-Bas ?

-  Se déplacer en dehors de votre pays et de votre zone de confort est toujours très difficile. J’en avais déjà fait l’expérience avant, en 2008 j’ai déménagé au Royaume-Uni, mais laisser vos amis et votre famille derrière est toujours difficile, même lorsque vous poursuivez votre rêve. J’ai eu beaucoup de chance je pense, je me suis fait des amis rapidement ici et ils ont été nombreux pour aider à m’installer.

2) Les Pays-Bas sont à des milliers de kilomètres de ton pays natal. Est-ce qu’il te manque ? - Sans aucun doute, tous les jours.

3) As-tu pris la nationalité néerlandaise ou as-tu conservé ta nationalité australienne ?

-  Je conserverai toujours ma nationalité australienne. Que je devienne néerlandais ou non... je ne peux pas l’exclure. Je pense que je ne suis pas encore éligible, j’ai besoin d’apprendre la langue d’abord ! Je pense qu’il y a beaucoup de travail qui doit être fait avant de devenir citoyen d’un Pays, principalement par le biais de l’intégration personnelle et culturelle. C’est beaucoup plus que de remplir simplement quelques formulaires et obtenir une carte d’identité.

4) Que fais-tu durant la semaine quand tu ne produis pas ? (Hobbys etc.)

-  Si je ne travaille pas sur la musique, je suis à l’écoute de la musique, en pensant à de nouvelles idées pour la musique, en essayant d’apprécier les différentes facettes de la musique ou de lire au sujet de la musique. De temps à autres je regarde la télévision ou un film ou quelque chose...

APRÈS BIOWEAPON

1) Beaucoup d’encre a coulé au sujet de la séparation de Bioweapon. Peut-on en parler ? Si oui, peux-tu nous donner ta version des faits et ta position par rapport à tout ça ?

-  L’idée derrière tout cela était très simple : avoir nos propres identités distinctes et la liberté de faire ce que nous voulions. Si vous écoutez les différentes œuvres que nous avons faits séparément il est clair qu’il y a des différences entre nos approches individuelles de la musique.

Au bout d’un moment quand vous avez travaillé avec quelqu’un pendant des années, vécu avec lui, que vous le voyez 24h/24 7j/7, la rancœur grandit sur des choses que vous n’aviez jamais remarqué. Ce ressentiment et mon désir de forger ma propre identité en solo sont devenus si grands qu’il était vraiment difficile de continuer à travailler avec lui.

A partir de là, j’ai fait quelques mauvais choix à cause de certains mauvais conseils et le reste vous le savez déjà. Avec le recul et en parlant avec Corey maintenant, un an depuis notre séparation, la décision d’aller chacun de son côté (littéralement « prendre des chemins séparés » en anglais NDLR) était bonne, si j’ose dire, importante pour la santé créative et émotionnelle de nous deux. La manière dont je l’ai fait cependant, ne l’était pas.

2) Je me souviens de Reverze 2011, vous aviez joué en tant que Bioweapon au Lotto Arena, pour l’édition 2012, Bass Events décide de placer dans la même salle vos lives respectifs (Audiofreq Live/Code Black live) l’un après l’autre. Je ne sais pas si les organisateurs l’ont fait exprès, mais j’ai eu un sentiment étrange quand je vous ai vus ensemble. Un sentiment entre l’émotion et la joie. Vous êtes-vous expliqués ? Peux-tu brièvement nous dire comment s’est passée votre rencontre en coulisse ?

-  Eh bien, six mois s’étaient écoulés depuis la séparation et je passais en revue quelques vieilles photos de moi quand j’en ai vu une de Corey et moi-même avec les Toneshifterz après une party ou nous avions joué à Sydney. Tous ces souvenirs et émotions revinrent à la surface, sur ce que nous avions vécu, ce que nous avions rêvé et que nous avons travaillé ensemble.

À ce moment-là, je ne pouvais plus endurer ça plus longtemps et j’avais envie d’ entamer la réconciliation avec lui comme il se doit. Je ne voulais pas jeter ce passé et l’histoire tout de suite. J’ai vu que nous allions tous les deux jouer à la Reverze donc je me suis approché de lui dans les coulisses et nous nous sommes parlé. C’était vraiment bon de parler simplement et d’être poli. Une de ces situations où vous pensez simplement "ceci est agréable, ceci est bon." Je n’ai jamais eu l’intention de jouer l’un après l’autre, cependant, il y a une confusion qui est arrivée dans la nuit.

3) Comment est devenu votre relation après ? Et actuellement ?

-  Nous y travaillons. Nous publions les vieilles tracks Bioweapon gratuitement grâce à nos pages facebook, donc il ya des progrès. Construire quelque chose de valable prend du temps, surtout après un grand nombre de blessures. :)

TON TOP

1) Quel est tonTop 3, Top 5 or Top 10 ?

-  Rapide Top 3 :

  • Audiofreq - Pressure
  • TNT feat Ellie - Promise Me
  • Noisecontrollers & Showtek - TBA (a-t’il un nom encore ???)

2) Quels sont tes artistes favoris ?

  • J’aime Technoboy et Tuneboy systématiquement et sans hésitation. Ils sont toujours très innovants et créatifs. Même si une track est destinée à être un nième « dancefloor tune », il y a toujours quelque chose d’unique derrière elle.
  • Les Noisecontrollers repoussent les limites du Hardstyle et c’est ce qui m’excite toujours.
  • D-block et S-Te-Fan sont toujours incroyables. Si je vois « DBSTF » sur une track quelque part, je sais que sa va être génial.

2) Quel a été ton meilleur événement ?

-  J’ai eu tellement de concerts impressionnants cette année en 2012, c’est difficile à dire. Peut-être « Fantasy Island » ? « 10 years of Scantraxx » ? Peut-être que le meilleur est encore à venir, nous ne sommes qu’au mois d’Août !

3) Quel est ton top en dehors du Hardstyle ?

-  J’aime vraiment beaucoup le nouvel album de Linkin Park « Living Things » et l’orchestration que Mike Shinoda a fait avec Trapanese Joseph pour ’Le Raid : Redemption". Je suis aussi un grand fan de Pendulum et Gareth/Rob ’s new project – Knife Party. Skrillex, Wolfgang Gartner, Koan Sound et Opiuo sont également fréquemment joués dans ma bibliothèque musicale.

PROJECTS ACTUELS

1) Après de nombreuses collaborations et tracks en solo quels sont tes projets maintenant ?

-  Un Album. C’est ce que je fais. C’est un défi très intéressant de travailler sur un album. Il vous permet de vous explorer artistiquement. Si un album est de 15 titres sur le même style, les gens se lassent de lui. Donc, vous avez besoin d’expérimenter et de faire des choses que vous ne feriez pas normalement, ou dans mon cas avoir enfin une excuse pour faire des choses que j’ai toujours voulu faire !

2) Avec qui aimerais-tu travailler ?

-  Je suis un fervent partisan de la pollinisation croisée et du mélange des styles. Si je veux travailler avec quelqu’un, c’est parce que j’aime ce qu’ils font parce que c’est différent de ce que je fais. Je tiens à rendre la musique intéressante et passionnante, et quand les gens qui font le même chose font équipe tous ensemble, ils sont loin d’être aussi excitant ou intéressant pour moi que lorsque les extrémités opposées du spectre travaillent ensemble.

En ce qui concerne une personne en particulier, je ne suis pas sûr !

QUESTIONS BONUS

1) Tu n’as pas besoin de MC pour tes performances live. As-tu déjà pensé à devenir un MC professionnel comme DV8, Villain ou Ruffian ?

-  Pas vraiment. Je vois ce que je fais comme l’extension de ma performance d’extraire autant d’énergie que possible hors de la foule. Je ne me considère pas vraiment comme un MC, même si je tiens à amener les gens à se déplacer avec le micro, je laisse cela aux professionnels. Ils sont pro, pour une raison ! :)

2) Tu es toujours au top quel est ton secret ? (Energy Drink, drogues, régime spécial ^^)

-  100% Clean, pas de drogue. Je pense que c’est juste une question d’être hyperactif et de ressentir l’énergie de la foule. Parfois, je pense que je suis comme un miroir, plus je ressens d’énergie de la foule, plus je donne en retour. J’aime vraiment ce que je fais - Voici le « Secret ».

CONCLUSION

Pour conclure que veux-tu dire à tes fans ?

Merci beaucoup ! J’espère vous capter à un show très bientôt, n’hésitez pas à dire « Salut » à tout moment ! :)

LIENS UTILES

CONCLUSION DU COIN DE ZANO

  • J’espère que vous avez eu autant de plaisir à lire cette interview que moi à la préparer, à la traduire et à la partager avec vous.
  • Si vous souhaitez réagir, être informés sur l’essentiel du Hardstyle, je vous invite à vous rendre sur la page facebook officielle : facebook.com/lecoindezano

MENTIONS LEGALES

  • Interview réalisée et traduite par Zano (Jean) pour le compte du site lecoindesclubbers.com tous droits réservés.
  • Le copier-coller même partiel nuit à son rédacteur et peut faire l’objet de poursuites.
  • Préférez le lien "Partager" situé en haut de page ou citez votre source si vous souhaitez relayer des informations contenues dans cette interview s’il vou plait.

My Great Web page

Lien officiel : Le Coin de Zano

Pub