retour à l'accueil
 

Accueil > S’informer > Drogues > Ecstasy

Ecstasy


A voir aussi dans cette rubrique

 

(Publié par Doktor | Mise à jour le 17 octobre 2006)
Une soirée à annoncer ? Vas-y !

Partager sur Facebook

En bref

Nom chimique : MDMA (3,4-méthylène-dioxy-méthamphétamine).

Noms courants : Adam, Air ball, Blue Jay, Californian Sunset, Clarity, Dove, E, Es, Earth Ball, Empathy, Hug-Drug, Fantasy, Paradise, Love drug (pilule d’amour), M&Ms, MDM, MDMA, X, XTC, Yuppie Drug, Venus, Zen...

Propriétés : Psychotrope perturbateur, modifiant les perceptions de l’usager sans pour autant créer d’hallucinations, possédant une composante stimulante. Structure chimique proche de l’adrénaline ou de l’éphédrine.

Description

cachets d'ecstasyCe qu’on appèle "ecstasy" est en général un cocktail de drogues de synthèse, mélange de molécules apparentées à la MDMA (ecstasy), de psychostimulants (amphétamine), de perturbateurs qui modifient les perceptions sensorielles dont le PCP et des hallucinogènes (LSD, kétamine), d’autres stimulants comme la caféine, des anabolisants (testostérone), des analgésiques et des substances inactives comme des sucres.

On retrouve l’ecstasy dans la plupart des soirées de danse "rave". Les utilisateurs en consomment de 50 à 150 mg au début, mais la tolérance s’installe rapidement et les doses augmentent généralement au fil des semaines ou des mois d’usage.

Il est impossible de savoir si l’on consomme vraiment ce que’on a acheté. Le logo représenté sur les quelques 250 types différents de pilules d’ecstasy identifiés dans le monde n’indique ni une composition spécifique, ni une concentration définie.

Compte tenu du fait que les pilules ou capsules contiennent plusieurs substances psychotropes, il est très difficile de prédire de façon précise les effets et de les relier à une concentration précise de l’un ou l’autre des composants.

L’ecstasy est contre-indiqué aux personnes asthmatiques, diabétiques, qui font de l’hypertension, sont sujets à des crises d’épilepsie, qui ont des problèmes cardiaques ou des troubles psychiatriques.

JPEG - 8.9 ko
cachet d’ecstasy

Les risques

Mis à part les problèmes de contrôle de la qualité, la consommation d’ecstasy peut conduire à des problèmes de santé importants. Il entraîne une élévation importante de la température corporelle, une déshydratation, des nausées et l’épuisement. Ces effets secondaires se compliquent dans le contexte d’une rave-party puisque’elles se caractérisent par une activité physique intense durant une très longue période dans une atmosphère surchauffée. Ces complications sont donc parfois très graves et peuvent nécessiter une hospitalisation.

Cependant, les problèmes les plus importants et les plus dangereux sont certainement les effets de la drogue sur le fonctionnement à long terme du cerveau. On sait maintenant depuis plus de 15 ans que la consommation répétée d’ecstasy entraîne une destruction des terminaisons sérotominergiques et dopaminergiques du cerveau qui amène sur le plan psychologique des conséquences s’apparentant aux problèmes de santé mentale dont la dépression, les fluctuation de l’humeur, les problèmes de concentration et de mémoire. Notons également que la destruction des terminaisons dopaminergiques prédisposerait à la maladie de Parkinson.

Au niveau physiologique, les symptômes observés à moyen terme sont des pertes de poids, des tics, des tremblements ainsi que des infections qui peuvent être plus fréquents. Évidemment, la fréquence et le nombre de ces symptômes sont en relation directe avec la fréquence de consommation et les doses consommées.

Effets à court terme

Les effets se manifestent généralement 30 minutes après l’ingestion avec un "rush" stimulant que certains comparent aux effets de la cocaïne. Cette période de pointe se transforme en euphorie qui peut persister de 3 à 6 heures, suivie d’une diminution graduelle de l’effet.

L’ecstasy produit une levée des inhibitions, un sentiment de bonheur, de bien-être physique et mental. Il stimule, détend, augmente la confiance en soi et modifie les perceptions. Il est également censée faciliter les contacts entre les personnes, réputation qui lui a valu le surnom de "pilule de l’amour". Cependant, après un réel effet de renforcement de l’empathie, l’ecstasy cause une baisse de la libido, avec une difficulté de maintien de l’érection et d’atteindre l’orgasme.

Les principaux symptomes de la consommation d’ecstasy sont :

-  augmentation de la température corporelle,
-  vision brouillée
-  tension musculaire,
-  hypertension,
-  sueur et déshydratation,
-  modification de la libido

Des problèmes d’hydratation excessive ou insuffisante ont été signalés. Dans les raves, les consommateurs devraient maintenir une consommation d’eau continuelle (500ml/heure).

Ces symptômes peuvent être aggravés par les conditions ambiantes telles que la chaleur, des vêtements trop chauds, l’absence de consommation de liquides autres que l’alcool.

Effets à long terme

La consommation d’ecstasy peut entraîner, à plus ou moins long terme, des effets tels que : dépression, anxiété, insomnie, perte de mémoire, amaigrissement, problèmes dentaires. Cela peut parfois aller jusqu’à la confusion mentale ou aux troubles de la personnalité.

Plusieurs utilisateurs rapportent souffrir d’insomnie, de lassitude et de fatigue au cours des 48 heures qui suivent la consommation de MDMA. Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés après ingestion de doses non-toxiques de MDMA sont :

-  sécheresse de la bouche,
-  crispation des muscles de la mâchoire
-  grincements des dents,
-  sudation et nausées
-  insuffisance rénale
-  humeur dépressive
-  perte d’appétit
-  irritabilité,
-  angoisses et états confusionnels peuvent apparaître

D’autres effets tels que les tremblements, les crampes, l’hyperthermie (de la fièvre), des nausées, des maux de tête peuvent se faire ressentir. Par ailleurs, l’ecstasy s’associe mal avec l’alcool qui potentialise les effets de ce produit.

Dépistage

La MDMA et son métabolite principal, la MDA, peuvent être identifiés et quantifiés pendant 24 heures dans le sang, la salive et la sueur.

Les deux tiers du MDMA sont éliminés tel quel dans l’urine dès leur passage dans les reins. Après 24 heures, il ne reste que 3% du produit dans l’organisme. Cependant, les analyses d’urine et de sang pourront révéler jusqu’à trois jours, la présence d’autres substances qui composent l’ecstasy (amphétamines, PCP, LSD,testostérone...)

Pub