retour à l'accueil
 

Accueil > Sortir > Interviews > D’Jamency

D’Jamency


A voir aussi dans cette rubrique

 

(Publié par Nicolas | Mise à jour le 30 avril 2010)
Une soirée à annoncer ? Vas-y !

Partager sur Facebook


Interview de D’Jamency (Amazone Records)

Interview par Nicolas du Dj et producteur français D’Jamency. Ce fin technicien qui s’exporte à travers la planète techno de l’Europe à l’Asie, se produit sur scène aux cotés des plus grands noms internationaux.


Bonjour D’Jamency. Avant tout merci d’avoir accepté de répondre à nos questions ! D’où vient ce nom intriguant « D’Jamency » ?

La difficulté pour un Dj quand il se cherche un nom de scène, c’est de trouver un nom à la fois unique et reconnaissable. On s’est fait entre amis ce qu’on pourrait appeler un brainstorming un peu arrosé… Au final le pseudo D’Jamency est la compilation de plusieurs propositions.

Comment définirais-tu ton style musical actuel et son évolution depuis tes débuts sur la scène Rave des années 90 ?

Mon style actuel, je le définis comme techno au sens large et assez différent de la techno d’il y à 20 ans. J’ai longtemps suivi des cours de piano et de guitare et musicalement j’ai été élevé « à la dure » aux côtés de Djs hip-hop. La scène électronique des années 90, je l’ai connue comme Dj, mais aussi comme organisateur de soirées. C’était l’époque de la techno qui tapait et des raves party ! C’est la production qui m’a ouvert artistiquement à d’autres styles et m’a permis d’écouter différemment. Aujourd’hui, je joue un son qui est une fusion entre techno minimale, groovy et parfois une peu teckhouse. Tout dépend du public et il faut savoir s’adapter puisque le but reste de donner du plaisir aux gens !

Tu es aujourd’hui un acteur incontournable de l’underground en France, voire en Europe. Quelles sont les valeurs qui te lient à ce milieu ?

La passion du partage avant tout ! Quelle que soit l’orientation musicale que je donne à mon set, parfois un peu plus groovy / house, parfois même en y intégrant quelques références commerciales, j’essaye toujours de faire découvrir des choses au public. Certaines soirées me plaisent plus que d’autres et le milieu artistique est difficile, mais je ne vais jamais à reculons en soirée et mon moteur reste la passion !

Quel message essayes-tu de faire passer au public quand tu mixes dans une soirée ?

Je ne sais pas si on peut vraiment parler de message. Ce que je cherche à faire c’est établir cette connexion qui fait que le public est « dedans », partager des émotions, un feeling et faire découvrir des nouveaux sons… apporter du bonheur au dancefloor quoi ! D’ailleurs j’aime arriver tôt en soirée pour faire connaissance avec le public avant de prendre les platines. Je ne suis vraiment pas blasé de tourner à travers toute la France car c’est un plaisir qui se renouvelle à chaque soirée et je fais souvent des rencontres très intéressantes, tant sur le plan artistique qu’amical.

Quel est ton meilleur souvenir de soirée ? Et le pire ?

Mon meilleur souvenir du moment, c’est la Play en mars à Paris, car la connexion s’est faite tout de suite avec ce public amateur de son. Dans ce genre d’ambiance, tout le monde prend son pied, aussi bien l’artiste que le public ! J’ai passé de très bonnes soirées aussi en Asie où les Djs français sont assez appréciés et très bien reçus.

Les pires souvenirs… on a tendance à les oublier ! Ca laisse un sentiment d’inachevé qui ne donne pas envie d’en parler. En général, le plus souvent si ça se passe mal c’est pour des raisons techniques (sono, retours, lumières…). Enfin je me souviens quand même d’une soirée dans la Sud de la France qui avait dû être arrêtée parce ce que ça s’est fini en bagarre générale dans le public !

Tu a mixé aux côtés de noms qui laissent rêveur comme Richie Hawtin, Carl Cox, Marco Bailey, Monika Kruse, Dave Clarke, Miss Kittin, Anthony Rother, Vitalic, Oxia, Paul Kalkbrenner, Kiko ou Thomas Schumacher pour ne citer qu’eux ! En quoi leurs styles assez différents influencent-ils ton travail ?

Je m’adapte à la tendance de l’artiste. Le style techno de Dave Clarke par exemple n’est pas forcément mon son privilégié, mais c’est une expérience très enrichissante de mixer à ses côtés. On a toujours beaucoup à apprendre, ne serait-ce que découvrir quelques petites astuces techniques ! J’aime beaucoup aussi le style assez novateur de Richie Hawtin que j’adapte pour le mettre à ma sauce. C’est très enrichissant d’avoir le privilège de mixer aux côtés de ces grands noms et grâce à eux je continue à apprendre tous les jours !

Dans la communauté DJ, quels sont ceux qui te font encore rêver et pourquoi ?

J’ai longtemps été fan de Jeff Mills à l’époque ! Aujourd’hui, j’aime beaucoup Richie Hawtin car il est toujours à la pointe, autant techniquement que musicalement. J’aime bien aussi le son techno de Chris Liebing, c’est vraiment de la bombe niveau mix ! Il y à également pas mal de nouveaux producteurs qui ont émergé ces dernières années, dont certains italiens très intéressants.

Ton activité ne se cantonne pas au Djaying, tu es aussi un producteur à la discographie bien fournie ! Qu’est-ce qui t’a amené à te lancer dans la production ?

Je suis avant tout Dj et c’est ce qui me fait vibrer : le mix, c’est ma passion ! Dans les années 2000 j’ai commencé à monter mon homestudio pour me lancer dans la production, prolongement naturel et presque incontournable du métier de Dj. Un Dj c’est très éphémère alors que le production laisse plus de traces et permet de rester dans la course. Mais ce sont des métiers très différents et ça demande beaucoup plus de travail, notamment pour maîtriser la technique.

La diffusion numérique a permis de faire émerger des artistes qui n’avaient pas accès au monde du disque, mais ce n’est pas un vrai filon commercial du fait de la proportion de téléchargement illégal, donc ça reste avant tout une vitrine. C’est pour ça qu’il est très important de bien s’entourer au niveau booking pour ne pas perdre le contact avec les platines ! En parallèle avec ma carrière de Dj j’ai décidé en 2010 de me lancer plus à fond dans la production et je vais vraiment mettre l’accent là-dessus.

Peux-tu parler des labels Amazone Records et de Division Virtuelle ?

Amazone Records est le label techno qu’on a monté en 2005 avec mon ami Marco Asoleda. Au départ on sortait sur vinyle des LP et 33T techno, puis on a ouvert Amazone Audio qui était la branche digitale du label. Depuis la rentrée 2009, on a fusionné les deux branches et on ne fait plus que du digital. Ca nous a permis de nous libérer d’une certaine pression commerciale, de nous élargir musicalement et de devenir accessibles à des producteurs moins connus. Aujourd’hui on en est à deux sorties par mois au minimum, avec une grosse actu en préparation pour 2010 !

Division Virtuelle, c’est le label d’un ami lyonnais qui sort un à deux vinyles par an et tout le reste en digital. Un label orienté minimale avant tout, mais ouvert à des sons plus techno comme le mien.

Peux-tu nous parler de tes récentes et prochaines productions ?

En fin 2009 j’ai sorti deux remixes pour Neverending records, plus récemment un remix pour Verboten records et pas mal de choses en cours pour 2010, notamment avec Minima Tracx (Italie), Electronic Pulse records (Allemagne), Audiometrik records (Réunion) et Amazone… Le plus simple pour suivre ma discographie c’est d’aller voir mon site web ! Une année qui va être riche en productions en tous cas, c’est ma priorité pour 2010.

Où peut-on te voir prochainement ?

On peut me voir régulièrement dans les soirées Déstructuré d’Electro System au Ninkasi Kao à Lyon, mais aussi chaque mois au Globull en Suisse pour les soirées Atomic Groove, et un peu partout en France tout au long de l’année. Allez voir mon myspace pour avoir toutes les dates !

Je te laisse le mot de la fin !

Je remercie le Coin des Clubbers pour cette interview et je remercie tous ceux qui font bouger à leur façon le milieu électronique, aussi bien les clubs que les organisateurs de soirées indépendants et bien entendu le public, qui nous permettent, à nous artistes, de continuer à vivre de notre passion.

Site web : www.djamency.com
Myspace : www.myspace.com/djamency


Go to Beatport.comGet These TracksAdd This Player
Pub